News

Meridiam lance la construction de la plus grande centrale électrique à hydrogène au monde en Guyane

Share
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Meridiam et ses partenaires Hydrogène de France (HDF) et SARA (société anonyme de la raffinerie des Antilles, Groupe Rubis) lancent le chantier de la Centrale Electrique de l’Ouest Guyanais (CEOG).

Meridiam et ses partenaires Hydrogène de France (HDF) et SARA (société anonyme de la raffinerie des Antilles, Groupe Rubis) lancent le chantier de la Centrale Electrique de l’Ouest Guyanais (CEOG).  Ce projet, installé sur la commune de Mana, est à l’heure actuelle le plus grand projet au monde de centrale électrique stockant des énergies renouvelables intermittentes grâce à l’hydrogène[1] (128MWh d’énergie stockée). Grâce à sa technologie, elle préfigure l’avenir des énergies renouvelables en supprimant leur intermittence grâce à leur stockage à échelle industrielle.

La centrale produira une électricité 100% renouvelable exclusivement à partir du soleil et de l’eau. Elle permettra l’approvisionnement toute l’année de l’équivalent de 10 000 foyers de l’Ouest guyanais à un coût inférieur aux centrales diésel du territoire. La centrale fournira de l’électricité 24h/24, sans interruption et sans générer de gaz à effet de serre, particules fines, bruit ou fumées. Elle évitera ainsi l’émission de 39 000 tonnes de CO2 par an par rapport à une centrale thermique[2]. Fonctionnant en totale autonomie, CEOG permettra en outre de sécuriser l’alimentation en électricité du bassin de Saint-Laurent-du-Maroni en cas de défaillance ou de maintenance du réseau électrique.

L’électricité sera fournie par l’association d’un parc photovoltaïque, d’un stockage d’énergie long terme et massif sous forme d’hydrogène couplé à un stockage court terme par batteries. Elle sera injectée sur le réseau électrique guyanais et sa production sera encadrée par un contrat de type capacitaire de 25 ans avec EDF.

Le chantier débute le 30 septembre et la mise en service est prévue en avril 2024. Il représente un investissement total de 170 millions d’euros et va générer pour les entreprises locales un chiffre d’affaires de l’ordre de 17 millions d’euros. Pendant ses 25 années de fonctionnement, CEOG créera une vingtaine d’emplois pérennes et qualifiés dans l’Ouest guyanais, en plus de plusieurs dizaines d’emplois créés pendant sa construction.

Ce projet est une nouvelle illustration des initiatives concrètes de Meridiam en faveur de la transition écologique, et de son approche en faveur des infrastructures durable et résilientes sur le long terme. Il permet de stimuler l’activité économique locale à travers l’établissement d’une filière d’avenir et de répondre à de multiples objectifs de développement durable définis par les Nations Unies, tels que l’accès à l’énergie propre à un cout abordable, la lutte contre le changement climatique, l’innovation technologique et l’accès à l’éducation. 

Meridiam détient 60% de CEOG, Sara 30% et HDF 10%. Les industriels français McPhy et HDF fourniront respectivement les électrolyseurs et les piles à combustible. Siemens sera le constructeur et l’opérateur de CEOG.

[1] https://vighy.france-hydrogene.org/projets/centrale-electrique-de-louest-guyanais-ceog/

[2] Etude ADEME : https://www.guyane.ademe.fr/sites/default/files/notes-emissions-gaz-effet-serre-secteur-energetique-guyane.pdf ; intégrant l’intensité carbone de CEOG de 0,136 kg CO2 eq /kWh ; facteur d’émission du kWh thermique du littoral guyanais de 0,915 kg CO2 eq /kWh.

Icon/18px/arrow-up
Back to top
Share
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Related news